Shop More Submit  Join Login
×

:iconoctocolombus: More from Octocolombus


Featured in Collections

TEXTES POEMES by lombregrise

Poetry by drolebouillon

Mon Emilou by Jona25


More from deviantART



Details

Submitted on
August 31, 2012
File Size
5.0 KB
Link
Thumb

Stats

Views
436
Favourites
12 (who?)
Comments
17

License

Creative Commons License
Some rights reserved. This work is licensed under a
Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 3.0 License.
×


Santiago du Calme ?

Je ne voyais pas toujours l'Eros de tes doigts
Mais tes yeux passionnés m'érotisaient toujours
Où étais-tu pendant toutes ces années ?
Etais-tu retournée à la montagne des Haines ?
Je me souviendrai toujours de l'éclat de tes doigts
L'odeur de ta peau ne pouvait venir que d'ailleurs
Tu étais la rose du désert qui poussait dans le froid
Je ne comprenais pas d'où te venait cette grâce improbable
Qui semblait te faire vaciller à chaque pas
Et te retirer l'air des poumons alors que tu l'aspirais
La foule te pressait contre son sein et tu t'échappais
Insouciante et ravie tu t'échappais au-dessus des rues et des vents
Que faisais-tu des nuages noirs qui souvent apparaissaient dans le ciel ?
D'un coup d'œil tu les tordais d'amour
Et ils fondaient délicatement sous la pression de ta vie

La pluie battante n'est pas que froide pour toi
La pluie sifflante est belle parce qu'elle te frappe
Cette eau qui doucement ruisselle sur ta peau
S'érotise et ne redevient jamais pure
Il n'existe rien qui n'ait un beau trait sous ton regard
Ah miracles, ah mirages !
Que serait la lumière du Soleil sans ta présence
Dirait-on seulement qu'elle éclaire ?
Ce ne serait que monceaux de nuages qui dégringolent de manque
Ce monde dégoulinant de fiel n'aurait même pas de goût
Les étoiles et leur merveilleux tango sont chaque jour plus ridicules
Ton sourire lentement éclipse les astres
J'ai ta paume dans ma paume et les marées affolantes de nos cœurs pitoyablement me terrassent
Ma nuque roidie se tend vers toi et se plie se penche se craque
Soumission paradoxale pleine de puissance
Oh remplis-moi de folie remplis-moi d'amour
Eteins l'Univers et ne le rallume jamais
Reste simplement là sous la pluie battante qui nous martèle
Qui nous murmure ce que nous sommes nous les deux humains sous la tourmente
C'est le cœur de la tempête qui nettoie et purifie le monde
Cette violence est belle comme toi

Tu es le chantre du monde la déesse aux yeux tristes et roses
La vile ville vilipendée crie à l'aide et le meurtre brille en elle
Elle cherche à t'atteindre – le sens-tu ?
Tous te repoussent car personne ne comprend plus la beauté
Ils te craignent et te méprisent car la bile de leur norme les ronge

Je suis dans ce taxi les feux rouges et verts défilent et se déforment dans l'obscurité
La radio siffle et crachote sur la connerie humaine
Il est tard et il fait froid
Que ne suis-je sans toi ?
Il fait plein jour dans la campagne le vent est levé
Il fait chaud les oiseaux pépient
Je crois être bien mais je m'ennuie
Que ne suis-je sans toi ?
Je rêve bien au chaud dans mon lit emmitouflé
Je dors et je rêve de formes rondes et belles
Elles m'étreignent et la douceur envahit tout
Mais que valent-elles près de toi ?

Tu étais là sur le port – odeurs marines qui te ressemblent si peu
Au creux de la ville – bruits affreux qui dissonent avec toi
Et tu attendais que je vienne – toi qui es si preste
La mer derrière toi était calme – mais l'océan bouillait dans tes yeux
Le sol sous tes pieds était dur – ton étreinte moelleuse
L'air chaud coulait autour de nous – tout près de ta peau fraîche

De ces milliers d'idées qui me traversent
Je ne peux en retenir aucune
Elles filent et je ne peux les voir
Je n'ai pas assez de mots pour te dire
Seul les tiens pourraient être assez forts
Et tu ne veux pas les dire

Les étincelles dansent et absolvent tout
La fuite éperdue dont je rêve c'est cette tempête
Prends-moi avec toi au cœur de ta violence
Et serre-moi en ton sein comme une mère enserre son enfant dans son corps
Parle-moi d'amour si tu le souhaites mais surtout parle-moi de ton cœur
Décris-moi tout ce que tu trouves beau qu'à mon tour je puisse connaître le monde
Tu es le diamant aux mille facettes que je chéris
Chaque éclat en toi est presque indéchiffrable
Donne-moi cette matière étrange si proche des rêves
Qu'on ne peut connaître qu'avec le silence
Sois cette bête immense qui me traque dans le sommeil
Sois cette dame aux cheveux longs détenant la clé du monde
Ne me laisse pas de repos je ne veux que toi

Je repense encore à la mer qui ne dort jamais
Celle qui m'engloutit souvent et qui est toujours là
Le vent souffle à nouveau tout près de moi
Elle réside dans les pays toujours sombres et rougeâtres
Et lorsque la lune se lève toujours de sang s'emplit
Les dunes qui la bordent ne tarissent guère les flots de cette passion féroce
Je veux chanter avec ta force et grâce à toi mon son porte
Si je pense à la mer – si je pense à toi
L'air souffle et je me sens enfin bien


12/2011
A text for my beloved :iconjona25:.
Written while listening to Bach and Cancão Do Mar by Dulce Pontes.
Add a Comment:
 
:iconionakate:
ionakate Featured By Owner Apr 4, 2013
"Que serait la lumière du Soleil sans ta présence
Dirait-on seulement qu'elle éclaire ?"

Incroyable et touchante (: Je ne peux pas faire sembler que je parle bien en francais, mais cette poéme est si belle que j'ai du essayer à lui complimenter dans sa propre langue ! ^^;
Reply
:iconoctocolombus:
Octocolombus Featured By Owner Apr 4, 2013  Hobbyist Writer
You did it very well, congrats :)

Merci beaucoup for the lovely comment !
:hug:
Reply
:iconionakate:
ionakate Featured By Owner Apr 4, 2013
de rien (:
et bahaa vous êtes trop sympa ! :P
Reply
:iconoctocolombus:
Octocolombus Featured By Owner Apr 4, 2013  Hobbyist Writer
I hope to see you again on my pages :D

:iconbutterflyplz:
Reply
:iconarwengernak:
ArwenGernak Featured By Owner Mar 20, 2013
Quand on entre dans ta poésie, on peut se dire que les troubadours ne sont pas morts. C'est long, certes ! Certaines images pourraient être retravaillée, mais il y a tant d'amour que l'on pardonne. Je vais me promener dans ton monde m'excusant déjà d'être cette voyeuse d'un amour si grand et si beau.
Reply
:iconoctocolombus:
Octocolombus Featured By Owner Mar 20, 2013  Hobbyist Writer
Je t'en prie, fais donc, c'est là pour ça :)
Merci beaucoup pour ce beau compliment !
J'espère que les autres te plairont autant ;)
Reply
:iconkatsumoto82:
katsumoto82 Featured By Owner Oct 2, 2012
elle a de la chance, elle est ton inspiration et ça se sent dans tes mots. Ta plume ou ton clavier :) est plein d'amour.

beau travail
Reply
:iconoctocolombus:
Octocolombus Featured By Owner Oct 4, 2012  Hobbyist Writer
Merci pour elle, et pour moi :D
Commentaire touchant ;)
Reply
:icondvb96:
dvb96 Featured By Owner Sep 2, 2012
beaucoup d'idées et d'images poétiques (un peu trop peut-être ?) mais les changements d'ambiance et de teintes créent une sorte de narration, de voyage, dans les sentiments.

J'ai beaucoup aimé l'attention portée aux sens.
Il y a par contre quelques répétitions au début, est-ce volontaire ?
Reply
:iconoctocolombus:
Octocolombus Featured By Owner Sep 2, 2012  Hobbyist Writer
Oui, c'est totalement voulu ! Vous parlez bien par exemple de "La pluie battante // la pluie sifflante" ? Cette itération, c'est justement pour créer le cheminement. Je vois ça un peu comme si la pensée était directement posée sur le papier, et la pensée fait des boucles et se répète sans cesse.

D'habitude je fais bien pire avec les répétitions ! Je les utilise souvent pour créer le rythme, la litanie qui porte les images.
[link] : Là par exemple, la répétition est aussi le moteur de l'avancement.

Pour les images... que voulez-vous dire par 'trop' ? :)

Merci pour le commentaire constructif :la:
Reply
Add a Comment: